0:00 / 0:00

À bord de nos 30 nouveaux e-bus

600 tonnes de CO2 en moins par an

  • mobilité
  • emissions

Un meilleur confort pour un meilleur environnement

En concertation avec les usagers – compagnies aériennes et agents de service – il a été décidé de reprendre à son compte le transport des passagers sur le tarmac assuré par les opérateurs Swissport et Aviapartner. L’aéroport opte ce faisant pour un service sans émissions tout en accroissant leur confort.

Cet investissement de 13 millions d’euros est une étape importante dans la réalisation de nos objectifs environnementaux : une réduction de 40 % des émissions de CO2 d’ici à 2030 (par rapport à 2010).

Bus 100 % électriques

Des bus emmènent les passagers vers les avions sur le tarmac. Aujourd’hui, ce sont encore des bus au diesel. Brussels Airport s’est mis en quête d’une alternative écologique et s’est inspiré de l’aéroport de Schiphol. 35 bus électriques y circulent à l’heure actuelle.

Koen De Cleyn, Project Manager chez Brussels Airport : « Lors de notre visite à Schiphol, nous avons été agréablement surpris. Les e-bus y font vraiment un excellent travail. » Convaincu par cette expérience, Brussels Airport a lancé un appel d’offres européen pour 30 e-bus. Des 6 candidats fournisseurs, c’est Build Your Dreams (BYD) qui a soumis la meilleure proposition. Les véhicules électriques entreront en service en 2019.

Pression moindre sur l’environnement

Pourquoi troquons-nous le diesel contre l’électricité ? Pour épargner l’environnement. Du fait des courtes distances et des arrêts fréquents, les moteurs diesel se mettent difficilement en température. Cela produit une grande quantité de gaz d’échappement. « Les bus électriques n’émettent pas de CO2, explique Koen. Nos émissions totales vont ainsi baisser de 600 tonnes par an. Et il ne sera bientôt plus question non plus de particules fines. Et autre avantage : les véhicules électriques se déplacent quasi silencieusement sur le tarmac. »

Nos émissions de CO2 vont baisser de 600 tonnes par an

Koen De Cleyn,
Project Manager chez Brussels Airport

Plus de confort pour le passager

Les nouveaux bus offrent plus de confort et une foule d’autres avantages aux passagers, comme un accès surbaissé, le wifi gratuit et des ports USB pour recharger les smartphones. Koen : « À l’intérieur, des écrans LCD affichent des informations utiles pour nos passagers concernant le carrousel à bagages ou les correspondances. De grands afficheurs LED sont suspendus à l’extérieur avec des informations sur les vols, de sorte que chacun monte dans le bon bus. »

150 kilomètres avec une batterie chargée

Trente autobus électriques, cela représente trente points de charge. Ils sont installés dans un nouveau dépôt, où ils sont raccordés à de l’électricité verte. Un bus est entièrement rechargé en trois heures, ce qui lui confère une autonomie d’environ 150 kilomètres.

Koen : « Cette puissance diminue au fil du temps, mais les bus pourront parcourir au moins 80 kilomètres pendant 10 ans avec une batterie entièrement chargée , y compris en cas de chaleur torride ou de froid extrême. Étant donné que les bus aéroportuaires ne parcourent en moyenne que 12 kilomètres par jour, il ne faut donc pas les recharger trop souvent. Lorsque cela sera nécessaire, nous le ferons en dehors des pics de consommation, de manière à ne pas solliciter inconsidérément notre réseau électrique. »

Les chauffeurs recevront une formation à une conduite économique.

Conduite économique en énergie

La distance que peut parcourir un e-bus à pleine charge de la batterie dépend du style de conduite des chauffeurs. Plus ils roulent tranquillement, plus ils pourront afficher de kilomètres au compteur.

Une limitation de vitesse de 30 km/h est de toute manière d’application sur le tarmac, une vitesse idéale pour la durée de vie des batteries. Koen : « Les chauffeurs bénéficient de surcroît d’une formation pour une conduite économique en énergie . Nous pouvons d’ailleurs surveiller s’ils le font réellement. Car l’ e-bus est bourré de capteurs, qui mesurent tout. »

Propriété de l’aéroport

Ce qui est nouveau, c’est que les bus électriques sont la propriété de Brussels Airport. « Les bus diesel actuels ne sont pas sous notre gestion, explique Koen. Les opérateurs externes assurent le transport en bus pour les compagnies aériennes. La demande de confier l’exploitation des bus à l’aéroport ne date pas d’hier. »

Trente bus, est-ce suffisant pour tous les passagers ? « 30 bus suffisent pour une fréquentation normale. Pendant les périodes de pointe, nous utiliserons également un certain nombre de bus classiques. Bien qu’il faille prendre le terme ‘classique’ avec des pincettes. Car l’aéroport est en train d’étudier quel carburant est le plus écologique. Songez par exemple au gaz naturel ou à l’une ou l’autre forme d’hybride. »

We use cookies on our site. By using the website you agree with this.

X