0:00 / 0:00

Deux nouvelles casernes de pompiers produisant elles-mêmes de l’énergie

Plus de 208 800 kWh par an

  • énergie

Un incendie s’est déclaré dans le terminal ? Ou il s’est produit un impact oiseau? Dans ce cas, les pompiers doivent intervenir de toute urgence. À partir d’octobre 2018, ils le feront à Brussels Airport depuis deux nouvelles casernes très économes en énergie.

Les trois casernes actuelles datent des années cinquante. Ces infrastructures d’un autre temps ne sont donc pas particulièrement écologiques. Avec les deux nouvelles casernes, Brussels Airport change résolument de cap. Les deux nouveaux bâtiments seront très économes en énergie. En d’autres mots, ils produiront en grande partie l’énergie qu’ils consomment. Grâce à cette autosuffisance partielle, la facture d’énergie des casernes sera considérablement réduite.

Infrastructure économe en énergie

Comment les bâtiments produisent-ils leur énergie ? À l’aide de panneaux solaires placés sur leur toit. Ces derniers produisent au total 208 800 kWh par an. Pour vous donner une idée : cela suffirait à couvrir les besoins de pas moins de 60 ménages. L’eau sanitaire est chauffée au moyen de chauffe-eau solaires et les espaces, à l’aide de pompes à chaleur, qui peuvent d’ailleurs aussi les rafraîchir. Le chauffage est donc autonome, car il n’est relié ni à notre réseau de chaleur ni à une conduite de gaz. Et qu’en est-il du refroidissement ? Nous essayons de le limiter en orientant les grandes baies vitrées vers le nord, plus ombragé. Il ne faut donc plus refroidir de manière active.

De grands espaces, des portes qui s’ouvrent fréquemment et l’imposant système de ventilation – isoler une caserne n’est pas chose facile.

Francis Verleyen,
Technician Fire Prevention

Les deux casernes sont en outre équipées d’éclairages LED. L’eau de pluie est infiltrée dans le sol, puis stockée dans une citerne souterraine de 230 m³. L’eau bénéficie ainsi d’une seconde vie comme eau de nettoyage, d’extinction et sanitaire. C’est aussi avec cette eau que les nouveaux avions sont ‘baptisés’.

Pompiers sur place sur-le-champ

Les nouvelles casernes de pompiers seront situées à l’est et à l’ouest du terrain de l’aéroport, entre les pistes de décollage 25R et 25L. Cela signifie que les véhicules sont directement sur place en cas d’intervention. Saviez-vous que la loi prescrit un temps de réaction ? Dans le cas d’une catastrophe aérienne, les pompiers doivent entrer en action dans les 3 minutes et lors d’un incident dans le terminal, dans les 5 minutes. Grâce à la situation exceptionnelle des casernes, nous atteindrons sans problème ces temps de réaction.

Envie de savoir à quoi ressembleront ces casernes? Regardez la vidéo.

De grandes casernes avec des infrastructures modernes

Une autre différence par rapport aux anciennes casernes ? L’espace disponible. La caserne ouest occupe une superficie de 4 632 m2 et la caserne est, une superficie de 1 413 m2. C’est largement suffisant pour accueillir la flotte aéroportuaire de trente camions de pompiers – y compris les crashtenders et les robots à mousse les plus modernes. Les casernes abritent bien entendu aussi des pièces de vie, comme une cuisine, une cantine et une salle de fitness. Elles sont également équipées de locaux pour les formations, pour la coordination de l’aide médicale d’urgence et pour le service de prévention d’incendie.

La vie chez les pompiers de l’aéroport

Le corps des sapeurs-pompiers de Brussels Airport compte 145 membres. Ils sont répartis en équipes et assurent une permanence 24h/24. Pour rester affutés, ils réalisent des interventions dans des avions d’entraînement. Un grand exercice, auquel participent tous les services concernés de l’aéroport et de la province du Brabant flamand, est programmé tous les deux ans.

We use cookies on our site. By using the website you agree with this.

X